Espace Vital Romarin

Espace Vital Romarin

Houblon

 houblon 1.jpg

 

Nom biologique : Humulus lupulus
Famille : Cannabaceae
Autres noms: Couleuvrée septentrionale, digérable, bois du diable, houblon grimpant, loup de terre Salsepareille nationale, vigne du Nord.

Description morphologique
D’où provient son nom ? Les Romains, croyant que le houblon suçait la sève des arbres sur lesquels il grimpait, l'appelèrent lupulus (« petit loup »). Luppolo signifie « houblon » en italien.
Le houblon ou houblon grimpant est une liane herbacée, vivace, à grosse racine charnue de laquelle partent de longues tiges herbacées à section quadrangulaire qui s'enroulent à vive allure autour de leur support. Elle développe des tiges allongées (jusqu'à plus de 10 m) volubiles aux feuilles opposées, à 3 ou 5 lobes.
Le houblon est une plante dioïque. Les plants femelles produisent des chatons qui, à floraison, deviennent des cônes ovoïdes couverts d'une résine odorante et pulvérulente, la lupuline. Les fruits, contenant des graines, sont des akènes globuleux et gris. Les plants mâles portent des fleurs en panicules larges.
Ce sont les fleurs femelles qui sont recherchées pour leurs principes amers et aromatiques.
Les longues tiges de houblon récoltées de septembre à novembre peuvent être utilisées pour la vannerie sauvage.

Habitat et répartition
Le Houblon est une plante spontanée et sauvage, le houblon se cultive sous tous les climats tempérés, sols riches, dans des zones humides et ombragées (bordures de rivières, haies, fossés).
Elle est originaire des zones tempérées d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord.

 

Principaux constituants
La pharmacopée exploite en effet la substance produite par l'inflorescence (ou sommité) du houblon. Cette substance s'appelle la lupuline. Les fleurs femelles de houblon, qu'on appelle les strobiles, elles contiennent :
1°-Huile essentielle
Il y a peu d'huile essentielle, 0,2 à 0,5 %, qui renferme plusieurs centaines de composés distincts de nature terpénique dont les principaux sont le myrcène (monoterpène) et des sesquiterpènes : humulène et beta caryophyllène . Ils correspondent à 50 à 80 % de l'huile essentielle selon les variétés (cultivars).
L'huile essentielle de houblon est antibactérienne et légèrement sédative. Elle calme la neurotonie et favorise l'apparition du sommeil.
2°-Résine
Contenant les acides responsables de l'amertume du houblon
Le houblon mûr en contient de 5 à 20% de son poids.
Les chimistes les séparent en deux groupes, les acides alpha et les acides beta, ce sont des dérivés du phloroglucinol.
Acides alpha (plus importants dans l'industrie de la bière et ils contribuent à la stabilité de la mousse de la bière et servent aussi comme agents conservateurs) dont les principaux en pourcentage :
sont l'humulone (35 à 70%), la cohumulone (20 à 65%) et l'adhumulone (10 à 15%).
Les composés amers du houblon sont apéritifs et stomachiques, ils augmentent l'appétit et favorisent la digestion.
Ils participent peut-être au pouvoir sédatif du houblon
3°- Phyto-oestrogènes
Ce sont des substances d'origine végétale qui produisent des effets sur l'organisme analogues à ceux des hormones sexuelles du type oestrogène ( hormone féminisante dont la principale est le 17 beta oestradiol).
On connait depuis le moyen-âge le pouvoir féminisant et anaphrodisiaque (calmant l'excitation sexuelle chez l'homme) du houblon.
Les chercheurs en pharmacologie pensent que le pouvoir oestrogénique (féminisant) du houblon est dû à la présence d'un flavonoide particulier: hopéine ou 8PN (pour (±)-8-prenylnaringénine).
Ce 8PN dérive du desmethylxanthohumol présent dans les extraits de houblon. On considère ce dernier comme le précurseur du 8 PN et donc comme un marqueur chimique important du potentiel oestrogénique des extraits de houblon dans l'industrie pharmaceutique ou des cosmétiques.
4°-Autres composants
2–4% de tanins, 13–24% de protéines, 3–4% de fructose et glucose, 12–14% de pectines.

 

Propriétés
-Sédatif ;
- Facilite la digestion, stomachique, apéritif ;
- Régulateur du système pileux (diminue l'excès de pilosité) ;
- Anti-chute (cheveux) ;
- Tonique, narcotique ;
- Décoratif ;
- Fébrifuge ;
- Anaphrodisiaque, galactogène ;
- Antiallergique ;
- Diurétique ;
- Apaisant ;
- Antioxydant ;
- Anti-inflammatoire ;
- Réduit le développement du cancer du sein (action des phytooestrogènes) ;
- Tonique de l'appareil génito-urinaire ;
- Tonifie et répare les peaux abîmées ;
- Galactogène.

 

Indications
- Troubles du sommeil, anxiété, agitation ;
- Troubles de la ménopause (bouffées de chaleur et la nervosité) ;
- La plaque dentaire, les caries et inflammation des gencives (parodontite) ;
- Manque d’appétit ;
- Affections gastriques d'origines nerveuses, crampes, dyspepsies, ulcères cancéreux ;
- Problèmes articulaires (rhumatismes, arthrite) ;
- Goutte (hyperuricémie) ;
- Troubles sexuels d'origines neurologiques (éjaculation précoce, absence de libido) ;
- Hyperémotivité chez l'enfant ;
- Anémie, rachitisme et faiblesses générales ;
- Dystonie végétative) ;
- Tuberculose, diphtérie, typhoïde ;
- Infections : Cystite, mastite, amygdalite, rhume, toux, malaria, dysenterie ;
- Ejaculation précoce ;
- Enflures, peaux abîmées, contusions, les foulures et les entorses.

 

Préparation et médication

 

En usage interne
Strobiles (fleurs femelles) séchés : Prendre de 0,5 g à 1 g, jusqu’à 3 fois par jour.
Infusion : - Infuser de 0,5 g à 1 g de strobiles séchés dans 250 ml d'eau bouillante durant 5 à 10 minutes. Boire cette infusion jusqu’à 3 fois par jour, au besoin.
-Laisser infuser l'extrait sec en gélules est à avaler (avec un verre d'eau) au moment des repas, trois fois par jour, à raison de 200 mg par prise.
Extrait liquide (1:1 d’éthanol à 45 %) : Prendre de 0,5 ml à 1 ml jusqu'à 3 fois par jour, au besoin.
Teinture (1:5 d’éthanol à 60%) : Prendre de 1 ml à 2 ml (15 gouttes), jusqu'à 3 fois par jour, au besoin.
Macération à froid : 30 g de cônes par litre d'eau pendant 12 à 24 heures, histoire de préserver les principes volatiles de la plante. On prend une tasse d'infusion ou de macération avant le coucher, pour combattre l'insomnie. Pour tous les autres problèmes, on prend une tasse avant les repas.
NB : Il est conseillé de laisser macérer les cônes durant 12 à 24h afin de préserver les principes actifs du houblon.
Poudre de houblon : 2 à 6 gr par jour répartis dans la journée ou plutôt l'aprés-midi et le soir.
Extrait sec : 250 à 500 mg en fin de journée.
Usages culinaires
On prépare les jeunes pousses de houblon, cuites comme des asperges.
Le houblon a également servi en boulangerie, on prépare du levain avec du houblon pour fabriquer le pain.

 

Usages externes
Contre les troubles nerveux
Infusion : Laisser infuser 10 grammes de cônes pendant 10 minutes dans un litre d’eau bouillante. Verser dans son bain chaud… Savourer 20 minutes.
Rhumatisme, arthrite : on peut faire chauffer légèrement les cônes à sec et les placer dans un sac de tissu (une taie d'oreiller) qu'on appliquera sur les parties douloureuses.
Pour favoriser le sommeil chez les enfants nerveux
On place des cônes de houblon dans l'oreiller, ou en dessous.
Pour soigner les enflures
Mélanger le houblon broyé avec une substance émolliente et former des cataplasmes sur les enflures,…
Préparations cosmétiques : pour tonifier et réparer les peaux fragiles

Précautions d'emploi
-Le houblon est commercialisé en poudre séchée ou en extraits sous forme de gélules.
- En gélules, il est recommandé de prendre (souvent en association avec la racine de valériane), 500 mg de houblon 1 à 3 fois par jour.
- L'usage du cône de houblon chez les personnes atteintes d'un cancer hormonodépendant ( cancer du col de l'utérus, cancer du sein, etc.) doit se faire de façon très prudente (lorsqu'il n'est pas interdit), en raison de la présence d'oestrogènes.
- Ne pas donner en dessous de 6 ans sans avis médical.
- Il est conseillé de remplacer les cônes de houblon au bout de quelques mois, car leur activité diminue rapidement avec le temps, quand elle ne se transforme pas carrément. Ainsi, dans certains cas, les cônes récoltés depuis plusieurs mois peuvent, de façon tout à fait paradoxale, exercer des effets excitants chez certaines personnes sensibles.

 

Contre indications
-La consommation d'alcool pendant la prise de houblon est déconseillée.
-On recommande de cesser l'utilisation du houblon au moins 14 jours avant toute intervention chirurgicale vu que la plante peut interagir avec les anesthésiants.
- Les femmes enceintes ou allaitantes ne doivent pas consommer de houblon, de même que les personnes qui y sont allergiques (ou allergiques à toute autre plante de la même famille).
-Les personnes souffrant de dépression ou de troubles bipolaires ne doivent pas prendre du houblon, sans avis médical.
-Déconseillé pour les personnes qui conduisent, manipulent des engins lourds ou qui font des opérations nécessitant une grande vigilance. En raison de la présence de composés soporifiques, une somnolence peut apparaître suite à la prise de cônes de houblon.

 

Effets indésirables

Les effets indésirables sont rares et liés à une prise de longue durée : jaunisse, troubles de l'érection, vertiges, fatigue intellectuelle, etc.
-Les femmes qui travaillaient à la récolte des fleurs de houblon ou à leur conditionnement sans protection respiratoire avaient souvent des troubles des règles.
- Les principes amers composant le houblon peuvent parfois s’avérer toxiques. Par ailleurs, des effets sédatifs sur le comportement nerveux ont parfois été observés sur des ouvriers travaillant dans les brasseries.

Interactions avec des médicaments
En raison de son action sédative, le houblon pourrait interagir avec certains médicaments, comme les somnifères et les tranquillisants (benzodiazépines), les antiépileptiques, les antidépresseurs, les antalgiques opiacés (dérivés de l'opium), les neuroleptiques antipsychotiques, les antihistaminiques.


Sources
Phytothérapie, la santé par les plantes, éditions Vidal et Sélection du Reader's Digest.
D. Baudoux et A. Zhiri, Les cahiers pratiques d'aromathérapie selon l'école française , Vol.2 Dermatologie, Ed. Inspir, 2006.
D. Baudoux, Les cahiers pratiques d'aromathérapie selon l'école française , Vol.1 Pédiatrie, Ed. Inspir, 2006.
P. Franchomme, R. Jollois et D. Pénoël, L'aromathérapie exactement , Ed. Roger Jollois, 2001. Produits cosmétiques à base de terpénoïdes : camphre, eucalyptol, menthol , AFSSaPS, août 2008. Milligan S.R., Kalita J.C., Heyerick A., Identification of a potent phytoestrogen in hops (Humulus lupulus L.) and beer , J Clin Endocrinol Metab, 1999.
Schmitz M., Jäckel M., Comparative study for assessing quality of life of patients with exogenous sleep disorders treated with hops-valerian preparation and a benzodiazepine drug , 1998
200 plantes qui vous veulent du bien
De Carole Minker
Editions Larousse 2013
Guide de la phytothérapie
Du Dr Jörg Grûnwald et Christof Jancke
Editions Marabout 2004
Petit Larousse des plantes médicinales
De Gérard Debuigne et François Couplan
Editions Larousse 2009

 

 





06/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres